Carnets de voyage d'un botaniste (Documents) par Jean-Marie Pelt

Carnets de voyage d'un botaniste (Documents)

Titre de livre: Carnets de voyage d'un botaniste (Documents)

Éditeur: Fayard

Auteur: Jean-Marie Pelt


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean-Marie Pelt avec Carnets de voyage d'un botaniste (Documents)

Il y a vingt ans Jean-Marie Pelt publiait avec un franc succès son Tour du monde d’un écologiste. Il remet ici ses pas dans les siens, non plus pour dénoncer les déprédations subies par la planète, mais pour nous faire partager l’émerveillement du savant face à l’infinie diversité de sa parure végétale, liée à la disparité des sols et des climats rencontrés. Son périple le conduit de l’Afghanistan en guerre à l’ensemble du Proche et Moyen-Orient où il cherche en vain la trace des roses d’Ispahan, de l’Afrique subsaharienne où, initié au vaudou, il fait connaissance avec les pouvoirs des plantes hallucinogènes, à ces précieuses réserves que constituent les îles et archipels, des Seychelles aux Maldives, de Maurice aux Canaries, avant de rentrer, tel Ulysse, dans son canton aux trois frontières à deux pas de Schengen, où un " gisement d’orchidées unique par la richesse de ses espèces " donne l’occasion au botaniste d’épiloguer sur les mœurs comparées de ces étranges végétaux et de ce non moins singulier animal qu’est l’homme. À quatre-vingts ans sonnés, plus « vert » que jamais, Jean-Marie Pelt, « l’homme qui aimait les plantes », livre là toute la mémoire de ses savoirs et de ses émerveillements face à une nature dont il s’est fait l’inlassable défenseur.

Livres connexes

Il y a vingt ans Jean-Marie Pelt publiait avec un franc succès son Tour du monde d’un écologiste. Il remet ici ses pas dans les siens, non plus pour dénoncer les déprédations subies par la planète, mais pour nous faire partager l’émerveillement du savant face à l’infinie diversité de sa parure végétale, liée à la disparité des sols et des climats rencontrés. Son périple le conduit de l’Afghanistan en guerre à l’ensemble du Proche et Moyen-Orient où il cherche en vain la trace des roses d’Ispahan, de l’Afrique subsaharienne où, initié au vaudou, il fait connaissance avec les pouvoirs des plantes hallucinogènes, à ces précieuses réserves que constituent les îles et archipels, des Seychelles aux Maldives, de Maurice aux Canaries, avant de rentrer, tel Ulysse, dans son canton aux trois frontières à deux pas de Schengen, où un " gisement d’orchidées unique par la richesse de ses espèces " donne l’occasion au botaniste d’épiloguer sur les mœurs comparées de ces étranges végétaux et de ce non moins singulier animal qu’est l’homme. À quatre-vingts ans sonnés, plus « vert » que jamais, Jean-Marie Pelt, « l’homme qui aimait les plantes », livre là toute la mémoire de ses savoirs et de ses émerveillements face à une nature dont il s’est fait l’inlassable défenseur.Il y a vingt ans Jean-Marie Pelt publiait avec un franc succès son Tour du monde d’un écologiste. Il remet ici ses pas dans les siens, non plus pour dénoncer les déprédations subies par la planète, mais pour nous faire partager l’émerveillement du savant face à l’infinie diversité de sa parure végétale, liée à la disparité des sols et des climats rencontrés. Son périple le conduit de l’Afghanistan en guerre à l’ensemble du Proche et Moyen-Orient où il cherche en vain la trace des roses d’Ispahan, de l’Afrique subsaharienne où, initié au vaudou, il fait connaissance avec les pouvoirs des plantes hallucinogènes, à ces précieuses réserves que constituent les îles et archipels, des Seychelles aux Maldives, de Maurice aux Canaries, avant de rentrer, tel Ulysse, dans son canton aux trois frontières à deux pas de Schengen, où un " gisement d’orchidées unique par la richesse de ses espèces " donne l’occasion au botaniste d’épiloguer sur les mœurs comparées de ces étranges végétaux et de ce non moins singulier animal qu’est l’homme. À quatre-vingts ans sonnés, plus « vert » que jamais, Jean-Marie Pelt, « l’homme qui aimait les plantes », livre là toute la mémoire de ses savoirs et de ses émerveillements face à une nature dont il s’est fait l’inlassable défenseur.